L’équipe pédagogique

 

Victoria Kaario  (Professeur du cours de Français renforcé).

Victoria Kaario est autrice et scénariste. Elle a écrit et réalisé plusieurs courts-métrages diffusés sur Canal Plus et France 2, et participé à l’écriture du premier long métrage de Caroline Deruas, L’indomptée. Elle a écrit une vingtaine des fictions radiophoniques pour France Culture et pour France Inter, dont : Les transports en commun des mortels, Lire Paludes, Le crépuscule des idoles des jeunes, Se faire la belle, Bauman et moi, et a adapté pour la radio : Le livre de Monelle de Marcel Schwob, Ailleurs peut-être d’Amos Oz, L’art et lamanière d’aborder son chef de service de Georges Perec, Mon enfant de Berlin d’Anne Wiazemsky ainsi que plusieurs œuvres deRoberto Bolaño. Parallèlement à son activité d’autrice, Victoria Kaario enseigne les sciences du langage à l’université Paris Descartes, le français à Sciences Po Paris, et anime des ateliers d’écriture, notamment à la Mairie de Paris et à la Maison de la Poésie.

 

Marie Levy ( Professeur d’expression oral).

Je suis Marie Levy, je suis parisienne et j’ai 26 ans. Je suis passionnée de littérature, de cinéma et de théâtre. J’ai vécu pour mes études 3 ans à Cannes et à Marseille. Comédienne, j’essaie de mettre la quantité d’exercices de théâtre que j’ai appris pendant mesannées d’apprentissage à profit. Car le théâtre est pour moi autant une affaire de langue que de corps, et c’est à travers un lâcher prise et un rapport au corps dans l’espace que l’on peut apprendre la langue française. Je prépare depuis un an mes cours en étroite collaboration avec Juliette, comédienne elle aussi, et c’est un aller-retour constant entre nos expériences et celle, vivante, des cours hebdomadaires qui alimente ma compréhension de la langue française et de l’expression orale en générale.

 

Marguerite Demoëte ( professeur expression oral et lexique).

Philosophe, j’ai travaillé dans l’édition à différents postes avant de reprendre undoctorat d’esthétique sur “le corps de l’enfance”. J’enseigne aussi le français et la philosophie, et participe de temps à autre avec un collectif d’amis à des événements radiophoniques absurdes autour de la littérature, dans le cadre de la Nova Book Box de radio Nova, comme le Prix de la Page 111. La question de l’écriture, celle de l’enfance et du corps sont des fils qui m’ont amenée à l’Atelier des Artistes en Exil, où j’ai animé l’année dernière un cours dans lequel nous avons construit un abécédaire imaginaire, à partir des œuvres de Chris Marker, Jean-Christophe Bailly ou encore Jean-Bertrand Pontalis. Dépaysement, ville, nostalgie, utopie, flâner : autant de mots qui peuvent faire signe vers un lexique mis en forme subjectivement, afin que chacun puisse appréhender l’écriture de manière personnelle.

 

Adèle Yon (Professeure d’expression écrite).

Je m’appelle Adèle Yon, j’ai 25 ans et j’habite à Paris. Actuellement en dernière année de scolarité au département d’Histoire et de Théorie des Arts de l’École Normale Supérieure (Ulm), je m’y suis spécialisée en études cinématographiques après un master de philosophie contemporaine hébergé conjointement par l’ENS et l’EHESS (Philmaster), et ai obtenu par la suite un master de cinéma à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Master 2 Recherche Cinéma et Audiovisuel). Mon cursus, tourné vers la recherche, s’est toujours accompagné d’une pratique artistique autonome, d’abord théâtrale, à travers deux pièces jouées dans le cadre de mon institution scolaire, respectivement en 2011 et en 2014 (écriture, mise en scène, direction d’acteurs et scénographie), puis cinématographique. En 2016, dans le cadre d’un congé d’un an qui m’a menée de l’Afrique de l’Ouest à l’Asie, j’ai entamé un projet documentaire sur les « mulâtres » de Saint-Louis du Sénégal, qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, j’enseigne depuis deux ans l’histoire et la théorie du cinéma au Cycle Pluridisciplinaire d’Études Supérieures de PSL (Paris Sciences et Lettres), ainsi que dans une prépa aux grandes écoles de cinéma (Collège Sévigné).

 

 

Myrtille Gasparutto – Professeur de français (compréhension & production écrite, structures de la langue)

 

Polyglotte, aspirante sociolinguiste et traductrice de formation, les langues vivantes représentent pour moi une source intarissable de curiosité ainsi qu’une vraie passion : je prends d’ailleurs autant de plaisir à les étudier qu’à les enseigner. Il est très stimulant de pouvoir transmettre ma langue maternelle dans un contexte de grande richesse humaine et interculturelle, dans lequel l’apprentissage est toujours mutuel et où se tissent de si beaux liens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*